Vagues

05 mars 2024

Composé spécialement pour mon Star.T, un concert organisé par mon école de chant, le Dalida Institute, "Vagues" est un morceau pensé dès le départ pour le live. Je me suis donné comme défi de pousser tous les curseurs de mon style musical au maximum. La production est une des plus riches que j'ai pu créer, avec des ruptures de rythme et d'ambiance, une centaine de pistes de choeurs, et une partie vocale qui explore des zones de ma tessiture que je n'ai pas souvent l'occasion de mettre en avant.

L'histoire racontée par "Vagues" est inspirée d'une camarade de promotion, qui a pris le temps de me raconter son passé et son combat contre la drogue dure. J'ai trouvé sa force de vie touchante,et j'ai ressenti le besoin de la mettre en musique. Le morceau propose de vivre une expérience de mort imminente, arrivée à la suite d'une overdose.

J'entends le bruit des vagues jusque dans mes os,
Je m'enfonce dans le sable
Comme une poupée dans son berceau,
J'ai froid et j'ai chaud à la fois,
Pourquoi je ne peux plus bouger mes bras,
Au moins je n'ai plus mal

Où je suis ? D'où je viens ?
Tout est embrumé dans ma tête,
Je crois bien que j'étais chez moi,
Seul comme tous les soirs de mon existence
Est-ce que j'aurais fait un mélange un peu trop étrange,
Est-ce que je serais enfin allé trop loin ?

Le combat est terminé
Je vais pouvoir me reposer
J'ai vu trop de choses,
Laissez-moi enfin fermer les yeux

Je sens les vagues qui s'approchent de plus en plus de moi
Chaque fois qu'elles frôlent mes pieds, 
Je sens comme une décharge,
Comme un baiser, comme un toit,
Comme une étincelle dans ma nuit noire

Je tente de plier un doigt, mais rien ne répond plus,
Je suis comme perdu dans un rêve,
De ceux dont on ne sort pas
Et j'entends des voix qui m'appellent,
Mais elles me semblent trop loin déjà

Le combat est terminé (Est-ce qu'il est vraiment terminé ?)
Tu vas pouvoir te reposer (J’ai peur de l’obscurité)
Tu as vu trop de choses,
Laisse-toi enfin fermer les yeux (Je dois ouvrir les yeux)

L'eau qui monte passe sous mon corps
Elle rentre dans ma peau à travers mes pores
Mes poumons se gonflent comme le jour de ma naissance

Je remarque le soleil pour la première fois,
Sa caresse sur mon visage pour la première fois,
Ma mère m'a toujours dit qu'on a tous une seconde chance

Soudain mon corps se soulève,
Les vagues m'emportent,
C'est comme si la mer me donnait sa force,

Et je nage (nage),
Je quitte cette plage (nage),
J'avance vers le large (nage),
Peu importe où je vais,

Le combat n'est pas terminé,
Mon heure n'est pas arrivée,
J'ai trop de choses à voir
Pour pouvoir fermer les yeux

Vous aimez ce morceau ?

Soutenez le projet en l'achetant, et obtenez :

- Le morceau en qualité optimale (FLAC/WAV)
- Sa pochette en qualité originale (PNG, 8000x8000 px)

Ajouter au panier (0,99€)

ou bien devenez donateur et bénéficiez de grosses réductions sur la boutique, ainsi que de nombreux autres avantages